Qu’est-ce qu’une « lanterne magique » dans un appareil photo ?

Les propriétaires d’un reflex numérique EOS qui s’intéressent de plus près à leur appareil et à ses fonctions rencontrent tôt ou tard le terme « lanterne magique ».

Vous pouvez lire qu’il s’agit d’un hack qui débloque des fonctions cachées de l’appareil photo ou que la garantie sera perdue si vous installez le logiciel.

Aucune de ces rumeurs n’est vraiment vraie.

Cet article va donc dissiper certaines idées fausses et vous présenter la Lanterne magique.

Remarque : Nous n’assumons aucune responsabilité quant à l’exhaustivité et à l’exactitude du contenu de nos didacticiels.

La mise en œuvre est à vos propres risques.

Pour les dommages résultant de nos tutoriels ainsi que de leur application, nous n’assumons aucune responsabilité.

Comment fonctionne « une lanterne magique » (Magic Lantern)

Pour comprendre le fonctionnement de Magic Lantern, il est nécessaire d’examiner de plus près l’appareil photo et son fonctionnement en termes de processeur et de micrologiciel.

Chaque modèle de la gamme EOS est doté d’un processeur de signal qui contrôle l’appareil photo et gère le traitement interne de l’image après la prise de vue.

Canon appelle ces processeurs Digic, et un numéro séquentiel vous indique quelle génération de processeur est installée dans l’appareil photo.

La génération actuelle de processeur est appelée Digic 5( ), ce qui signifie que la fonctionnalité est la même que dans le modèle sans, mais le processeur lui-même fonctionne beaucoup plus rapidement. (Note : Lors de la photokina 2014 est apparu le premier reflex numérique de Canon, qui utilise un nouveau processeur, le Digic VI, ce processeur ne joue actuellement aucun rôle pour Magic Lantern).

Au sein d’une même génération d’appareils photo, Canon installe toujours les mêmes processeurs, quel que soit le modèle, seuls le numéro et le « plus » sont différents.

Le tableau suivant vous donne un aperçu rapide de quel processeur est installé dans quelle caméra :

Un rapport qualité-prix qui augmente

Si vous comparez les différents modèles dotés des mêmes processeurs, vous constaterez que malgré les mêmes processeurs et donc théoriquement les mêmes possibilités, la gamme de fonctions des appareils photo diffère sensiblement.

Plus le prix augmente, plus la gamme de fonctions augmente également.

Les raisons de cette situation sont certainement en partie à chercher du côté du marketing, afin que les « petits » modèles soient suffisamment différenciés des « grands » modèles.

Mais les raisons résident aussi en partie dans les différents assemblages, les petits modèles ont une RAM plus petite, certaines fonctions gourmandes en mémoire sont donc difficiles à mettre en œuvre avec les petits modèles.

Pour décider si et quelle version peut être utilisée sur un appareil photo EOS, non seulement le processeur lui-même joue un rôle, mais aussi la version du micrologiciel utilisé sur l’appareil.

Canon publie régulièrement des mises à jour du micrologiciel qui, dans la plupart des cas, ne font que corriger de petits bogues qui ne jouent souvent aucun rôle dans la photographie quotidienne et peuvent donc être omis sans hésitation.

La version qui se trouve sur la caméra respective peut être trouvée dans les menus de réglages jaunes.

Lanterne magique : Les bases de la fonction

Vous avez peut-être déjà mis à jour le micrologiciel et savez donc que ce processus n’est pas réversible pour l’utilisateur normal ?

De cette « connaissance » découle l’hypothèse que si vous utilisez le firmware externe de Magic Lantern, l’appareil photo perdra sa garantie.

(Ce qui a été le cas avec le « piratage russe » de l’EOS 300D, car la modification du microprogramme était permanente et ne pouvait être annulée).

Magic Lantern tire parti d’une caractéristique spéciale des modèles EOS ou du firmware.

Ce micrologiciel de l’appareil photo possède une interface spéciale fournie par Canon qui permet d’exécuter les fichiers présents sur la carte mémoire sans les stocker de manière permanente en tant que micrologiciel sur l’appareil photo.

Les développeurs de Magic Lantern ont découvert un moyen d’activer et d’utiliser cette interface.

En principe, Magic Lantern fonctionne en enregistrant la version appropriée pour l’appareil photo sur une carte mémoire et en l’insérant dans l’appareil.

Ensuite, vous lancez une mise à jour du micrologiciel et, une fois la mise à jour terminée, vous éteignez et rallumez la caméra une fois. (La carte mémoire contenant la version Magic Lantern doit rester dans l’appareil photo).

Si tout est fait correctement, de nombreuses fonctions nouvelles et intéressantes pour la vidéo mais aussi pour la zone photo sont disponibles d’un seul coup.

La particularité de Magic Lantern est que ce changement n’est pas permanent, vous pouvez désactiver à nouveau l’interface dans l’appareil photo et après l’avoir allumé et éteint à nouveau, l’appareil photo retrouve son état d’origine.

Il n’y a donc aucune crainte que la garantie de l’appareil photo n’expire, car rien n’est modifié de façon permanente dans l’appareil.

Lanterne magique : Les différentes versions

Magic Lantern est un projet open source qui a été lancé en 2009 par Trammel Hudson pour l’EOS 5D II.

En attendant, de nombreux développeurs du monde entier travaillent sur ce projet et des versions nouvelles et améliorées de Magic Lantern sont constamment créées.

Les développeurs rencontrent sans cesse des problèmes lorsque la génération du processeur change ou que Canon met sur le marché de nouvelles versions du firmware.

Pour des raisons compréhensibles, Canon ne tient pas compte de la compatibilité avec Magic Lantern lorsqu’il développe son propre firmware.

Les trois versions du Magic Lantern

Les versions stables sont des versions testées et fonctionnant de manière stable qui peuvent être utilisées avec la caméra sans restrictions.

Bien que de nouvelles versions soient constamment publiées (reconnaissables au numéro de version – la version actuelle est la 2.3), ces versions passent d’abord par une phase de test avant d’être publiées en tant que nouvelle version stable et fournissent alors des fonctions nouvelles ou étendues.

Les nightly builds sont pour la plupart des versions récentes où les développeurs essaient d’implémenter de nouvelles fonctionnalités.

Ces versions peuvent changer quotidiennement et elles ne sont pas testées.

En gros, ces versions sont utilisables, mais peuvent faire planter l’appareil, surtout avec les nouvelles fonctions.

En soi, ce n’est pas un événement tragique, mais personne ne donnera de garantie ni ne remplacera les dommages causés. Toutes les expériences avec Magic Lantern sont à vos risques et périls.

Si vous décidez de tester les nightly builds, les développeurs se réjouissent de tout indice sur les incohérences, les plantages ou autres dysfonctionnements, que vous pouvez documenter sur les pages de Magic Lantern.

Les versions alpha sont des versions très précoces de Magic Lantern, qui sont développées pour les nouveaux modèles qui sortent régulièrement. En particulier, les nouvelles générations de processeurs ou l’EOS 7D avec ses deux processeurs posent aux développeurs des défis particuliers qui ne sont pas toujours immédiatement solubles.

Les versions alpha ne fournissent que quelques fonctions, parfois aucune.

Parfois, il s’agit seulement de savoir si l’interface avec le microprogramme du nouveau modèle de caméra peut être abordée et si une image de test peut être affichée sur le moniteur de la caméra.

Contrairement aux deux autres types de versions, les alpha builds ne sont vraiment destinées qu’aux tests et non à un usage photographique.

Pour des raisons compréhensibles, la Lanterne magique est donc un processus en constante évolution, de sorte qu’une partie de ce que nous écrivons aujourd’hui peut déjà faire partie de l’histoire demain.

Si vous faites défiler la page d’entrée jusqu’en bas, il est expliqué quels appareils photo sont pris en charge par Magic Lantern : 5Dc, 5D2, 5D3, 6D, 7D, 40D, 50D, 60D, 500D, 550D, 600D, 650D, 700D, 1100D, EOS M, 100D.

Toutefois, cela ne correspond pas à l’ensemble de la « vérité ».

Il n’existe des versions stables et surtout finales que pour certains des modèles mentionnés, et jusqu’à présent exclusivement des modèles qui fonctionnent avec le DIGIC IV.

Vous ne devez pas craindre d’installer une mauvaise version.

Si le logiciel de la carte mémoire n’est pas compatible avec la version du micrologiciel de l’appareil photo, rien ne se passera.

Si votre appareil photo ne fait pas partie des modèles mentionnés, vous ne devez pas jeter l’éponge tout de suite. Une « nightly build » est disponible pour les modèles suivants, c’est-à-dire une version qui contient déjà de nombreuses fonctions :

Ne soyez pas surpris que certaines caméras apparaissent deux fois dans les deux listes : La deuxième liste contient toujours des versions plus récentes (supérieures à la version 2.3), qui n’ont pas encore été testées et diffusées.

Cependant, ces versions contiennent plus de fonctions que la version actuelle marquée comme « stable ».

Lanterne magique : Comment ça marche ?

Décrire et expliquer en détail toutes ces fonctions dépasserait le cadre de cet article.

Toutefois, nous souhaitons donner un aperçu des fonctions offertes par Magic Lantern.

En fait, dans la version finale que nous sommes en train d’écrire (version 2.3), la gamme de fonctions est toujours identique.

Les limites ne peuvent être trouvées que dans les interfaces manquantes des modules individuels.

Des fonctions telles que le réglage plus fin de la sensibilité ISO constituent une extension sur les modèles à trois chiffres, mais sont déjà disponibles d’usine sur les modèles à deux chiffres et ne représentent donc pas une véritable extension.

Si vous avez installé Magic Lantern, vous ne verrez d’abord que quelques changements.

Dans la vue d’ensemble des paramètres du moniteur, cependant, il y a quelques affichages supplémentaires très utiles.

Le bouton « Menu » vous permet d’accéder au menu familier avec tous les réglages connus auparavant. Si vous appuyez sur le bouton « Supprimer » au dos de l’appareil (dans l’état initial de l’appareil), le menu spécial Lanterne magique est appelé.

La police de caractères est plus petite, mais le menu semble clair et ordonné, le changement entre les différents onglets de la carte se fait comme d’habitude à partir de l’ancien menu.

En outre, vous recevez des conseils à tout moment et en tout lieu sur la manière de procéder à tel ou tel réglage et sur le bouton ou la molette à utiliser.

Lanterne magique pour les vidéos et les photos 

Vous trouverez un total de 10 onglets dans le menu Lanterne magique, qui sont classés par thème. Certains d’entre eux ne concernent que la fonction vidéo, d’autres uniquement la zone photo.

Pour les photos

Le menu Audio offre des fonctions étendues permettant de contrôler le son des enregistrements vidéo de manière beaucoup plus détaillée et plus fine que ne le permet le micrologiciel d’origine.

Ces fonctions ne sont disponibles que si l’appareil photo dispose d’un microphone interne (stéréo) ou si un microphone externe approprié est connecté.

Il en va de même pour le haut-parleur interne ou externe.

Le menu de contrôle de l’exposition concerne principalement la photographie.

Certaines fonctions n’offrent pas de réelles innovations, mais les utilisateurs de modèles à trois chiffres apprécieront le réglage plus fin de la sensibilité ISO.

Pour tous les modèles, les réglages de la vitesse d’obturation et de l’ouverture peuvent être ajustés beaucoup plus finement (en quart de pas) que les réglages d’origine.

Le menu Superposition offre toute une série d’outils très utiles pour la vidéo et Liveview. Vous pouvez afficher les zones surexposées ou sous-exposées, afficher une loupe permanente, afficher différentes formes de courbe de l’histogramme.

Vous pouvez disposer d’écrans qui facilitent la mise au point ou d’une « image fantôme » (c’est-à-dire une photo qui a déjà été prise), ce qui peut être utile si vous souhaitez configurer la nouvelle prise de vue pour qu’elle corresponde à la précédente.

Cependant, certaines de ces fonctions n’ont de sens que si vous utilisez un écran externe, car avec la multitude de superpositions possibles, presque rien de l’image originale du viseur n’est reconnaissable.

Pour les vidéos

Dans la zone du menu « Vidéo », vous pouvez intervenir de manière beaucoup plus étendue dans les fonctions vidéo que ne le permet le firmware d’origine.

Outre certains paramètres purement fonctionnels concernant le fonctionnement, les fonctions essentielles sont la possibilité de modifier le débit binaire, de relancer automatiquement l’enregistrement vidéo lorsque la limite de 4 Go est atteinte, d’enregistrer des vidéos HDR et d’ajouter des effets à la vidéo. Cependant, certaines fonctionnalités nécessitent des cartes mémoire très rapides.

En ce qui concerne l’EOS 50D, nous tenons à souligner une particularité.

Le 50D n’a jamais été conçu pour la vidéo, mais avec Magic Lantern, vous pouvez enregistrer des vidéos, bien que sans son en raison de l’absence de microphone. Cette fonction reste permanente, même si Magic Lantern est désinstallée.

Le menu Prise de vue est l’un des menus les plus intéressants pour les photographes purs. Il offre des fonctions que certains d’entre vous connaissent peut-être des modèles plus récents.

Cependant, celles-ci sont beaucoup plus étendues. Vous chercherez même en vain certaines fonctions.

Vous pouvez prendre des photos HDR (jusqu’à 9 photos avec une gamme élevée), prendre des photos par intervalles à des intervalles prédéfinis, définir diverses minuteries et même utiliser le microphone ou un mouvement dans l’image comme déclencheur. Vous pouvez même régler vous-même la sensibilité de la réaction de déclenchement.

Ce menu contient tout ce qui concerne l’autofocus. Nous avons été nous-mêmes surpris lors du premier test de l’étendue et surtout de la qualité des fonctions avancées autour de l’AF.

Vous trouverez un piège de mise au point qui ne déclenche la photo que lorsque le sujet est net dans le viseur (sans déplacer l’AF), vous trouverez des outils pour l’empilement automatisé des mises au point et vous pourrez définir de petits mouvements de mise au point pour les enregistrements vidéo.

La fonction de la mire de mise au point est particulièrement réussie : Les champs de mise au point peuvent être combinés de manière presque arbitraire les uns avec les autres et vous n’avez pas à choisir entre tous les champs et un seul champ si vous suivez un sujet en mouvement.

Ce menu affecte uniquement l’affichage sans influencer l’enregistrement réel. Vous pouvez calibrer l’affichage, pour ainsi dire, et en outre activer ou désactiver certains des affichages de l’image.

Dans ce menu, vous pouvez effectuer toute une série de réglages concernant l’affectation des différents boutons. Même le capteur oculaire de la série xxxD peut se voir attribuer de nouvelles fonctions (par exemple, le déclenchement par passage de la main).

Vous disposez d’une fonction de verrouillage pour le déclenchement à mi-course et de possibilités très étendues de comparaison d’images (jusqu’à une sorte d’aperçu des séries d’exposition pour les prises de vue HDR).

Il existe deux autres menus.

Le menu Debug fournit aux développeurs un certain nombre de fonctions pour le dépannage et ne devrait vraiment être utilisé que par les développeurs.

L’exposition des versions précédentes est également intéressante. Dans le dernier menu « Aide », vous trouverez un manuel complet pour Magic Lantern en anglais.

Lanterne magique : Conclusion

Dans ce premier aperçu, nous avons présenté le firmware étendu Magic Lantern dans ses caractéristiques de base et nous vous avons peut-être rendu curieux. Les tests que nous avons effectués jusqu’à présent avec différents modèles ont été très concluants et encourageants. Nous n’avons pas pu détecter de problèmes.

Comment avoir des photos avec un effet 3D ?
Comment vieillir un visage dans une photo ?